Home » Actualité » Lettre d'Egypte

Login

(Nécessaire uniquement pour les parties privées du site web)      




 
Lettre d'Egypte PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Francois Ghoche   
Mercredi, 02 Décembre 2015 00:00
Index de l'article
Lettre d'Egypte
Un long fleuve tranquille ?
On tourne
Et l'Histoire ?
Cycles cachés
Cycle de violence
Cycle d'intégrisme
L'interaction entre les cycles
Entre actualité et réalité
Toutes les pages

Lettre d'Egypte

 

Je suis en ce moment en Égypte pour quelques semaines. L’Égypte est mon autre pays. Avec la France, cela m'en fait donc deux. Une chance, certains n'en ont plus aucun. Moi, j'ai deux pays.

Il y a des inconvénients. Cela fait deux administrations publiques à se coltiner, notamment ; lourd..

Il y a heureusement aussi beaucoup d'avantages, notamment une plus grande facilité à sortir de la forêt pour la regarder en perspective, pas seulement les arbres environnants mais l'ensemble de la forêt, et aussi chacune de mes deux forêts à côté des autres forêts.

Nombre d'entre vous savent ce que je veux dire. Nous ne nous sommes pas rencontrés par hasard, bien entendu. Mais il y a encore tant d'êtres humains qui donnent l'impression de n'être jamais sortis de leur village. Ils ont la TV, un fone, une tablette, un accès au web, que sais-je. Ils partent en vacance à l'autre bout du globe. Mais en fait, dans leur tête ils ne quittent pas leur village. Étrange, n'est-ce pas ?

Mais les temps changent et l'humanité est amenée à évoluer. Il me semble bien que les choses se passent comme si l'on nous donnait un petit coup de main, de là-haut, pour avancer dans la direction voulue. La globalisation va sans le moindre doute dans ce sens.

Oui, en France on dit « mondialisation », mais dans une majorité d'autres endroits on parle plutôt de « globalisation ». A la réflexion, les deux termes ont des implications un tout petit peu différentes, sur lesquelles je ne vois pas de raison de m’appesantir ici, mais qui sont aussi une illustration de l'utilité de voir les autres forêts en perspective.

Cette convergence commune mixée et secouée qui entraîne de plus en plus l'ensemble des peuples de notre planète, en dépit de parcours antérieurs et d'acquis tellement différents ; c'est cela la globalisation. Fini le village avec des palissades autour où l'on est si bien entre nous à parler le même patois, avec la tour de guet pour voir arriver les vilains étrangers, et le péage à l'entrée pour les commerçants, bien sûr, ces gens louches qui vont là-bas, ailleurs, pour pactiser avec tous ces étrangers, pour de l'argent ma bonne dame.

Je caricature un peu, mais que le village soit petit ou grand, rond, hexagonal ou rectangulaire, vous m'aurez compris. S'il y a encore toute une presse qui navigue sur cette mentalité, c'est bien qu'il y a du monde pour s'y complaire encore.

Bon, en fin de compte les histoires d'arbres et de forêts, vous savez probablement aussi bien que moi ce que je cherche à dire, sinon mieux. En fait, je voudrais à présent vous parler de la situation actuelle. Non, pas de la cri-crise économique dans tel ou tel pays ou continent. Ce sera pour une autre fois. Je voudrais vous proposer de considérer globalement et dans une perspective particulière les événements graves par lesquels nous passons.



Mise à jour le Jeudi, 14 Janvier 2016 20:12