Home » Actualité » Lettre d'Egypte
 
Lettre d'Egypte - Cycle de violence PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Francois Ghoche   
Mercredi, 02 Décembre 2015 00:00
Index de l'article
Lettre d'Egypte
Un long fleuve tranquille ?
On tourne
Et l'Histoire ?
Cycles cachés
Cycle de violence
Cycle d'intégrisme
L'interaction entre les cycles
Entre actualité et réalité
Toutes les pages

 

Cycle de violence

Il n'est pas besoin d'être particulièrement observateur pour se rendre compte des manifestations apparentes mises en œuvre dans ce cycle.

Je voudrais néanmoins regrouper sous les effets des forces à l'œuvre dans ce cycle, notamment des tendances à prendre les armes pour « résoudre » des conflits qui, en d'autres temps se seraient peut-être réglés sans y avoir recours, mais aussi la brutalité des actes de violence, qui semble en apparence manifester une régression collective inéluctable de notre humanité.

Cela, c'est la manière avec laquelle se manifeste le « cycle de violence » considéré dans certaines régions du globe.

Mais partout, il induit des comportements qui recouvrent à mon avis des choses aussi différentes que l’incivilité, la violence verbale ou physique, la recherche de jeux violents ou d'exercices physiques extrêmes. Je dirais même que des modes telles que les piercings ou les tatouages en sont également une manifestation, de même que le look soigneusement entretenu de mauvais garçon avec une barbe de trois jours, tant il est également vrai que le cycle influence aussi des comportements courants dans la vie intime.

Je voudrais souligner encore et encore qu'il est toujours mauvais de généraliser sans discernement.

Prenons l'exemple des jeux vidéos impliquant des combats et des destructions massives tant de gens que de villes sinon de pays entiers. Il y a en présence des théories qui avancent que ces jeux constituent une manière de défouloir, qui permet d'évacuer des stress, des tensions, des frustrations, et de diminuer ainsi la potentialité d'une expression violente dans le comportement social réel.

D'autres théories avancent au contraire que certains caractères faibles ou déséquilibrés y trouveraient un encouragement à passer à l'acte, ou bien encore qu'ils constitueraient un terrain d’entraînement pour des candidats à l'action violente.

Je vous surprendrais peut-être en disant qu'à mon avis les trois hypothèses ont de bonnes probabilités d'être correctes. Cela dépend tout simplement des individus concernés et aussi parfois de leurs environnements.

En conclusion, est-ce que bannir les jeux vidéos violents aurait une influence sur le niveau de violence ambiante ? La réponse n'est sûrement pas binaire, surtout si l'on tient compte du fait qu'en fonction de ce qui vient d'être dit ce ne sont pas nécessairement les jeux violents qui sont la cause du cycle de violence, mais bien ce dernier qui peut être la cause de l'intérêt qu'ils suscitent. A vous de jauger...



Mise à jour le Jeudi, 14 Janvier 2016 20:12