Home » Etudes et articles » Enfer et paradis » 7-11 janvier 2015 - Janvier 2015 et les religions
 
7-11 janvier 2015 - Janvier 2015 et les religions PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Francois Ghoche   
Lundi, 12 Janvier 2015 21:57
Index de l'article
7-11 janvier 2015
Religions
Toutes les pages

 

"Allo ! oui; une remarque sur mon article ? Je ne fais nulle part référence explicite aux religions concernées... c'est vrai... ça ne m'apparaissait pas nécessaire, mais à la réflexion je vais compléter; merci !"

Alors voilà...

Lorsqu'elle est abordée, la question des religions ramène inéluctablement dans des lieux communs, où le politiquement correct, la langue de bois et les invocations de tolérance de bon aloi se veulent réponse à des attitudes de rejet, d'amalgame, sinon d'agressivité même.

Comme je ne brille pas dans le premier groupe et que je ne pratique pas du tout le second, je vais aborder le sujet différemment, par le bout de ma propre lorgnette panoramique.

J'estime que ma religion c'est comme les parties de mon corps et de mon âme que je ne dévoile pas à tous les regards: ça ne regarde que moi. J'ai la chance et le privilège de vivre dans un pays doté d'une législation laïque qui me garantit le droit à ne pas avoir à exposer une étiquette religieuse, ni à connaître celle de mes interlocuteurs si je le souhaite. Cela évite notamment que les échanges humains soient passés au filtre de préjugés et de lieux communs abscons ayant inévitablement laissé des traces depuis des générations innombrables.

Je souligne que j'ai utilisé le mot "privilège". En effet, j'ai par ailleurs grandi dans un pays où la religion est systématiquement inscrite sur les documents d'identité officiels. Je sais de quoi je parle. Les relations entre les gens et avec les autorités publiques s'y effectuent, bon gré malgré, à l'aune de ces étiquettes.

Et alors ?! me diront peut-être certains. Les effets de bords sont pluriels. Il faut s'en tenir aux plus marquants.

Tout d'abord, l'inventaire des religions reconnues y est forcément réducteur. Il n'est pas possible de déclarer librement adhérer à une foi qui ne figure pas sur une liste agréée, même si la législation l'autorise en théorie. Il vaut mieux d'ailleurs s'en abstenir. Les conséquences du choix d'une étiquette ou d'une autre sont réelles dans les circonstances de la vie quotidienne et administrative. La preuve ? Eh bien tout simplement le fait que je ne vous en dirai pas plus ici afin de ne pas risquer de me placer dans la position d'enfreindre quelque règlement de mon second pays.

Ensuite, cela entraîne une sujétion de facto aux religions reconnues "officiellement". Les dirigeants de ces principales entités se réunissent et sous couvert de tolérance et de "consensus", il est attendu que les "fidèles" de chaque "appartenance" se comportent selon les canons convenus comme les gouvernant. C'est à dire, s'y soumettent. Ai-je besoin d'élaborer plus avant sur des thèmes comme "tartuferie", "hypocrisie", "aliénation", notamment ?

Pour rétablir la liaison avec notre sujet d'origine, et pour utiliser enfin les mots que certains attendent, je dois affirmer qu'à mon avis il n'y pas un "Islam", pas plus qu'un "Christianisme" ou un "Judaïsme" (etc.).

Voilà qui permet de traiter efficacement le faut problème des "phobies", n'est-ce pas...

Il y a en effet dans chacune des religions mentionnées (et des autres) de multiples courants, appartenances, tendances, écoles et autres chapelles. Leur point commun ? Elles veulent toutes, sans exception, présenter un visage unitaire vis à vis du monde extérieur à leur étiquette religieuse au sens large, tout en cultivant leur différence et leur spécificité face aux autres en interne. L'Histoire est pleine de ces luttes prétendument "fratricides" entre factions s'estimant détentrices d'une légitimité plus "lumineuse" que celle de leurs compétitrices.

Certains de ces courants sont réellement source de fraternité et de dialogue constructif. Mais d'autres entretiennent des idées et des doctrines dans lesquelles la sujétion du reste de l'humanité à leur joug et à leur pouvoir sont une obligation pour leurs membres, dont les horreurs mêmes peuvent être codifiées et justifiées.

Pour ce qui est de cette seconde catégorie, j'appelle cela un projet totalitaire et fascisant.

Les sociétés des êtres humains qui ont déjà pris conscience de ces dangers doivent se protéger de ce nouveau fascisme en action. Certes, non pas en retombant elles aussi dans les vieux démons que des générations précédentes ont réussi à éradiquer, mais dans un effort patient mais ferme d'affirmation de ses valeurs et de défense de ses institutions. Ce qui n'empêche pas pour autant d'améliorer ces dernières, bien entendu.

Pour ceux qui tiennent à éviter les amalgames concernant leur étiquette religieuse particulière, y a-t-il une autre voie que travailler à la réforme, sinon à l'éradication, des courants fascistes de leurs propres environnements ?

Pour terminer sur ce thème, voici la traduction d'un discours prononcé par le président El-Sissi devant les autorités religieuses de l'Azhar, au Caire, le 1er janvier 2015. Je ne ferai d'autre commentaire que celui de mon espoir que l'aboutissement inéluctable de ce type de mouvement voit ses effets se matérialiser dans un avenir proche plutôt que lointain.

j'ai ajouté en fin de ce document quelques informations sur les différentes subdivisions des principales étiquettes religieuses en présence.

 


 

Lien externe vers la vidéo de l'extrait du discours (en langue arabe)

Traduction partielle du discours:

<....>

Je parle ici des gens de religion et de ceux qui y exercent des responsabilités.

Nous devons nous interroger beaucoup, nous interroger beaucoup, et j'ai déjà parlé de ce sujet auparavant plusieurs fois. Nous interroger beaucoup sur la situation dans laquelle nous sommes. Il n'est pas logique que notre croyance que nous considérons comme sainte entraîne cette nation (ommah) toute entière à être source d'anxiété, de danger, de tuerie, de destruction dans le monde entier.

Ce n'est pas possible que cette croyance, je ne dis pas la religion, je dis cette croyance qui a été sanctifiée, des textes et des idées qui ont été sanctifiés au cours de centaines d'années, au point qu'en sortir est devenu très difficile, au point qu'elle agresse le monde entier, qu'elle agresse le monde entier. Est-ce à dire que 1,6 milliard d'individus vont tuer le reste du monde qui fait 7 milliard pour vivre? C'est impensable.

Ces paroles je les dit ici à l'Azhar, devant les hommes et les savants en religion. Sur Dieu je vous jugerai le jour du jugement devant Dieu le Puissant et le Suprême sur ce dont je vous parle en ce moment.

Il n'est pas possible que tu t'en rendes compte en étant en toi-même. Il n'est pas possible que tu t'en rendes compte en restant en toi-même. Il faut que tu en sortes et que tu le considère de l'extérieur, et que tu y consacre une réflexion réellement éclairée. Il faut s'y atteler avec force.

Je le dit nouveau, nous avons besoin d'une révolution religieuse. (applaudissements)

Vous êtes responsables devant Dieu. Le monde entier attend de vous, le monde entier attend votre parole. Parce que cette nation (ommah) est déchirée. Cette nation est en destruction. Cette nation est en perdition, et cette situation est entre nos mains à nous. C'est nous qui entraînons cette perdition.

<....>

 


Courants sous l'étiquette Islam

Courants de l'Islam

(Source Wikipedia)

Courants sous l'étiquette Christianisme

Courants Christianisme

(Source Wikipedia)

Courants sous l'étiquette Judaïsme

Judaïsme orthodoxe, judaïsme conservative appelé également judaïsme Massorti et judaïsme réformé. Il faut ajouter le mouvement reconstructioniste, le judaïsme séculaire humaniste, le renouveau juif.



Mise à jour le Mardi, 13 Janvier 2015 18:31