Home » Etudes et articles » Enfer et paradis » Le mysticisme de Roumi
 
Le mysticisme de Roumi PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Francois Ghoche   
Lundi, 26 Novembre 2012 20:08

Djalal elDin Roumi, en alphabet arabe et farsi : جلال‌الدین رومیى, (né à Balkh en Afghanistan, le 30 septembre 1207 - décédé à Konya en Turquie, le 17 décembre 1273) est un mystique turco-persan musulman. Il a fondé l'ordre des « derviches tourneurs » ou mevlevis, une des principales confréries soufies de l'Islam.

En 1244, il rencontre Shams ed Dîn Tabrîzî qui devient son maître spirituel. Après la disparition de ce dernier, inconsolable, Roumi va créer le concert spirituel des derviches tourneurs, le samâ', liturgie d'union avec le divin par la musique, le chant et la danse. Il va finir par retrouver son maître en lui-même, réalisant l'union entre maître extérieur et intérieur.

Roumi consacrera environ 3500 odes (ghazal) à exprimer l'amour spirituel inspiré par son maître, dont voici un extrait. (NB : La qibla est la niche qui indique la direction de la Macque dans les mosquées.)

 

J'ai vu son beau visage de Paradis,
Cet œil, ce luminaire de la clarté,
Cette qibla et ce lieu de prosternation de l'âme,
Ce plaisir et ce refuge pleins de paix.
Mon cœur a dit : « Là, j'offre ma vie,
J'abandonne mon existence et mon orgueil ».
L'âme aussi est entrée dans le samâ'.
Elle se mit à battre des mains.
La mariée est venue ; elle a dit : «Moi, que dirais-je,
Au sujet de cette béatitude et de cette joie sublimes,
Au sujet de ce parfum de la rose qui a rendu pareils aux cyprès,
Les dos voûtés et courbés comme un arc ? ».
Par l'amour, toute chose se confond,
Un Arménien devient un Turc.
O âme ! tu es parvenue jusqu'à l'âme de l'âme !
O corps ! Tu as abandonné ta nature corporelle.
Le rubis donné en aumône est pour notre ami,
Le derviche profite de l'or de l'homme riche.
Cette Maryam par les souffrances trouvera,
Les dattes fraîches et cueillies.
Avant que l'œil de l'autre ne soit devenu aveugle,
Ne montre pas aux gens ta libéralité.
Si ta foi a pour but la sécurité,
Cherche la sécurité dans la solitude de la retraite.
Qu'est-ce que la retraite ? C'est la résidence du cœur.
Fais ta demeure dans la quiétude du cœur.
C'est dans cette résidence qu'est apportée,
Cette coupe éternelle de félicité.
Silence ! Apprends l'art du silence.
Cesse de te vanter de tes talents,
Car c'est le cœur qui est le lieu de la foi.
Garde dans ton cœur la qualité de disciple.


Mise à jour le Lundi, 26 Novembre 2012 21:40